Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de TERRA MA TERRE
  • Le blog de TERRA MA TERRE
  • : Événements et dynamiques centrés sur l'écologie à Bagnères de Bigorre. Car informer n'est plus un droit mais un devoir ! Diffusion régulières de dossiers et de fiches pratiques en lien avec nos idées (vertes) et nos partenaires.
  • Contact

PARTENAIRES ALTER'VISIONS

m 95e954ccd21348dba134ef47eee232e4

 

HUSS MASCHINEN PROJEKT

 


pierretelesouk

 

PIERRE ET LE SOUK

 

 

 

 

imovement

 

SOUND SYSTEM I MOVEMENT

 

 

 

fretswing

 

FRET SWING

 

 

 

 

jolies choses

 

 

LA COMPAGNIE DES JOLIES CHOSES

P'tites annonces!!

Olivier Pujol, écoconstructeur, recherche de la laine de mouton.
De plus, il lance, fin janvier, un chantier collectif poele de masse, torchis mur et voûte dans sa maison de Gayan. Echange donc de coups de main contre nourriture et logement.
Pour tout renseignement: pujololivier@yahoo.fr   ou sur leur
blog : http://melissa-et-olivier.over-blog.com


Archives

25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 18:37

Plutôt que de les jeter, "Le Débarras des fées" vous invite à leur redonner une nouvelle vie tendance. Une action déco et écocitoyenne.

Sabine et Céline (manque Sandrine) sont à fond dans leur projet associatif. Photo DDM, Joël Boyé.
Sabine et Céline (manque Sandrine) sont à fond dans leur projet associatif. Photo DDM, Joël Boyé.
Sabine et Céline (manque Sandrine) sont à fond dans leur projet associatif. Photo DDM, Joël Boyé.

Vous habitez Tarbes ou les Hautes Pyrénées,et vous avez des meubles, ustensiles (cuisine, outils…), objets de décoration, pierre, métal, carrelage, papier peint, jouets en bois, textiles (draps, vêtements, rideaux), dont vous ne vous servez plus et qui prennent la plupart du temps le chemin des déchetteries? Ces « nombreux objets grossissent la longue liste des déchets à incinérer et à enfouir. Ils polluent ainsi un peu plus chaque jour notre environnement », soulignent Sabine et Céline.

Après mûres réflexions auxquelles a pris part Sandrine, ces trois jeunes femmes ont eu une idée géniale et originale : celle de créer une association baptisée "Le Débarras des fées". Le principe : collecter ces objets et autres textiles pour leur redonner une nouvelle jeunesse et les revendre à des prix modiques lors de « marchés du Débarras des fées » fixés tous les trois mois. On pourra aussi réactualiser ses objets pour sa déco personnelle.

Il ne s'agit pas de leur donner un simple coup de peinture ou de teinture. Le but est de les réactualiser selon les tendances du moment qui « évolueront tous les trois mois, en fonction des grands courants de l'année », indiquent-elles. Par contre, « des collections plus classiques seront proposées pour faire adhérer le plus grand nombre au projet ».

Apporter ses compétences

Car le second objectif est d'amener les gens à s'impliquer et participer à ce vaste projet. Et pour plusieurs raisons. D'abord, « parce que chacun peut apporter ses compétentes, son savoir-faire, même s'il n'a jamais eu l'occasion de le mettre en pratique » ; ensuite, créer des échanges et du lien entre voisins et intergénérationnel, « le fossé des générations et le manque de temps ayant entraîné une diminution des échanges et des connaissances », disent-elles ; enfin, et c'est le cœur de l'association, inciter les gens à avoir une « attitude citoyenne envers les déchets issus de notre consommation, pour assurer un avenir aux générations futures ». En fait « réveiller les consciences » sur la surconsommation et le gaspillage pour adopter des gestes d'écocitoyenneté.

De fait, aux « marchés du Débarrés des fées », elles veulent y associer des partenaires (acteurs locaux du traitement des déchets, Ademe, municipalité, conseil général, région…) pour des informations sur le traitement des déchets, sur la démarche écocitoyenne, présentation de l'association… dans « un climat familial et convivial » avec pourquoi pas « brunch apéro du dimanche version fête des voisins ».

Quant à l'adhésion, elle a été fixée à 10€.

Pour le local de stockage et atelier de recyclage qu'elles veulent en centre-ville, l'association va bénéficier, dans un premier temps, du préau de l'ancienne école Louis-Pergaud, rue de la Victoire, puis rapidement d'une salle. L'atelier de recyclage devrait ouvrir tous les lundis.

Pour des dons ou pour s'impliquer, il suffit d'appeler Céline Roulet au  06.22.70.18.88.

 

Article plus qu'inspiré de la journaliste la plus sympa de la dépêche, j'ai nommé Patricia Lagaillarde.

Légende photo : Sabine et Céline (manque Sandrine) sont à fond dans leur projet associatif. Photo DDM, Joël Boyé.

Repost 0
Published by Terra ma Terre - dans Déchets
commenter cet article
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 21:39
Mardi, à 20h45, Arte propose un documentaire sur les dangers du nucléaire. Il ne s'agit pas cette fois ci de mettre en question le fonctionnement des centrales, mais de démontrer qu'on nous cache beaucoup de choses sur les dangers occasionnés par les déchets d'uranium.


Laure Noualhat journaliste à Libération, spécialiste des questions environnementales a réalisé avec Éric Guéret ce documentaire sur les déchets nucléaires. Laure Noualhat n'est pas novice sur la question puisqu'elle a aussi consacré un livre à ce sujet. Alors si vous avez encore une télé, n'oubliez pas de l'allumez demain soir, c'est le moment.

http://www.dailymotion.com/video/xakmz7_dechets-le-cauchemar-du-nucleaire_news
Repost 0
Published by Terra ma Terre - dans Déchets
commenter cet article
3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 00:00

Achats malins, déchets en moins

En matière de déchets ménagers, les derniers chiffres sont éloquents et ne souffrent aucune contestation. En 40 ans, la production d'ordures ménagères a littéralement doublé en France. En 2007, chaque Seinomarin en a produit près de 400kg. Le prochain à défi à relever est double : produire moins de déchets et des déchets moins dangereux pour notre environnement. Pour cela quelques réflexes simples suffisent !




Téléchargez le programme

Ou allez voir directement sur un site relayant l'information ici
Repost 0
Published by Ademe - dans Déchets
commenter cet article
27 septembre 2009 7 27 /09 /septembre /2009 00:00

Pourquoi jeter une cartouche qui peut être rechargée ? 

 

En Europe, plus de 350 millions de cartouches d’impression sont utilisées chaque année, dont plus de 80 millions en France. Les cartouches usagées sont composées de matériaux à risque pour l’environnement car elles contiennent des résidus d’encre, du plastique non biodégradable, de l’oxyde de fer et de l’aluminium et bien d’autres matériaux.

 

En 2006, la France a recyclé seulement 20% de ces cartouches contre 55% aux Etat-Unis, 35% en Allemagne, en Angleterre et aux Pays-Bas ! Pourtant, au moins 50% des cartouches peuvent être recyclées, certains composants pouvant être utilisés jusqu’à 3 ou 4 fois comme le tambour ou la coque en plastique. Le reste peut être revalorisé dans d’autres filières.

 

C’est pourquoi, faire recharger vos cartouches vous permet de contribuer directement à la protection de la planète en limitant les déchets. Et nous savons tous que c’est en commençant par ces petits gestes de tous les jours que nous pourrons protéger notre environnement.

 

Rejoignez les rangs des utilisateurs, de plus en plus en plus nombreux, de cartouches recyclées :

 

Déjà en Europe en 2007:

  • 25 % des cartouches/toner laser (soit 12 millions de cartouches par an),
  • 15 % des cartouches jet d'encre (soit 45 millions de cartouches par an), sont des génériques.

 

Selon une étude de marché indépendante, ce pourcentage devrait s'élever à 40 % en 2008 (en Amérique, 4 cartouches sur 10 sont déjà réutilisées).

 

Particuliers et entreprises aidez-nous à  préserver notre planète : nous mettons à disposition des collectivités ou sociétés, des bornes de collecte pour la récupération des cartouches usagées, n’hésitez pas à nous contacter pour de plus amples renseignements. 


Nous sommes présents pour vous faire profiter de notre expérience et notre savoir-faire dans le domaine de l'impression et du consommable.

 

Vous disposez de quatre magasins implantés sur Lyon et Villeurbanne, dans le Gard comptez 3 magasins : deux sur Nîmes, un sur Alès et depuis 2007 sur Odos (Tarbes). Des espaces clairs, fluides, dynamiques et conviviaux où vous serez accueillis par des professionnels, disponibles et efficaces, pour vous écouter, vous conseiller, vous orienter et vous satisfaire.


Pour en savoir plus rendez vous sur notre site

Repost 0
Published by couleur cartouche - dans Déchets
commenter cet article
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 00:00
La plage de Saint-Michel-en- Grève (22) a vu se réunir un contingent de ministres, hier, mené par François Fillon, venu annoncer officiellement que l'État paierait pour le nettoyage des plages victimes de la prolifération des algues vertes. Son plan de bataille se décline en trois points : prise en charge du nettoyage des plages les plus touchées, création d'une mission interministérielle et expérimentation du ramassage à la fin de l'hiver.


L'État paiera le nettoyage des plages bretonnes envahies par les algues vertes. C'est l'une des mesures annoncées, hier, par le Premier Ministre François Fillon sur la plage de Saint-Michel-en-Grève. Le Premier ministre est donc venu constater sur place la réalité des algues vertes en Bretagne. Enfin, pourrait-on dire, car le fléau ne date pas d'hier.

Le rapport officiel confirme la toxicité pour l'homme


Il aura fallu la mort fulgurante d'un cheval et le malaise de son cavalier, intoxiqués fin juillet par des dégagements d'hydrogène sulfuré émanant d'un amas d'algues en putréfaction, pour que les plus hautes autorités de l'État prennent le problème à bras-le-corps. Il aura fallu surtout les conclusions alarmistes du rapport officiel d'un organisme spécialisé, l'Ineris, prouvant formellement la dangerosité de ces algues, lorsqu'elles se décomposent, pour la santé.


Les experts de l'Ineris soulignent ainsi que le principal composé mis en évidence, l'hydrogène sulfuré, est toxique par inhalation. Et ils relèvent que « à 1.000 ppm (partie par million), valeur qui a été relevée en certains points du site, ce gaz peut être mortel en quelques minutes ». Cependant ces mêmes experts relativisent en ajoutant que le danger est associé à « une exposition significative ».

Trois mesures-phares


François Fillon, qui était accompagné des ministres Bruno LeMaire (Agriculture) et RoselyneBachelot (Santé), ainsi que de la secrétaire d'État à l'Écologie, Chantal Jouanno, s'est donc rendu sur les lieux de l'accident (désormais interdits au public) mais sans trop s'en approcher, ni trop s'y attarder. Le Premier ministre a donc promis que l'État « prendrait toutes ses responsabilités face à la prolifération des algues vertes sur le littoral ».


Son plan de bataille se décline en trois points. D'une part, l'État va prendre en charge le nettoyage des plages qui sont les plus touchées et « sur lesquelles il peut y avoir un risque de santé publique ». Aujourd'hui, ce sont les collectivités qui paient la facture (Conseils généraux, communes et communautés de communes). Chaque année, il leur en coûte plus de 500.000 euros pour ramasser environ 60.000m³ d'algues fraîches sur les quelque soixante communes bretonnes concernées.

Ramasser les algues autrement


Le Premier ministre a également annoncé, sans plus de précisions, la mise en place d'une mission interministérielle qui, dans les trois mois, « devra bâtir un plan d'action pour lutter contre la prolifération des algues vertes et proposer des solutions efficaces de ramassage et de protection de la population ».


Enfin, François Fillon a indiqué qu'il existait un projet d'expérimentation du ramassage des algues à la fin de l'hiver, en mer. C'est l'une des propositions du Ceva (Centre d'études et de valorisation des algues de Pleubian, dans les Côtes-d'Armor), qui travaille depuis de longues années sur les différentes stratégies de ramassage.


« Aujourd'hui, on ramasse des algues avec des bulldozers quand elles sont échouées en tas dans le haut des plages. L'idée, c'est de prélever les algues dans d'autres lieux, en particulier les zones favorables à leur croissance. Tout le problème est d'avoir les outils pour le faire », souligne Sylvain Ballu, coordinateur du programme Prolittoral au Ceva.


Frédérique Le Gall publié le 21/08/09 sur le Telegrame.com 


Voir notre premier article sur le dossier et trouver la pétition

Voir notre second article sur le dossier
Voir notre troisième article sur le dossier
Repost 0
Published by Le Télégramme.com - dans Déchets
commenter cet article
23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 09:36

Article trouvé sur nouvelObs.com AP | 20.08.2009 | 16:59

La fédération France Nature Environnement (FNE) a réclamé jeudi la mise en place d'une "véritable politique de prévention" et une réduction des pollutions qui entraînent une prolifération des algues vertes.


Alors que le Premier ministre François Fillon a promis jeudi une mission interministérielle sur la gestion du risque des algues vertes, la FNE "demande la réunion urgente des responsables politiques, économiques, sociaux et associatifs pour élaborer des solutions véritables au niveau national", selon Jean-Claude Bévillard, pilote du réseau agriculture de FNE, une fédération d'associations de défense de l'environnement.


Une étude commandée par le ministère de l'Ecologie après la mort d'un cheval fin juillet en baie de Saint-Michel-en-Grève (Côtes d'Armor) a confirmé que la décomposition des algues vertes pouvait émettre des gaz pouvant être dangereux pour la santé à certaines concentrations. Elle a décelé des valeurs "très localisées" présentant un risque mortel en cas d'exposition pendant quelques minutes, selon le ministère.


"C'est désormais un fait avéré que les algues vertes dégagent des doses mortelles de gaz. Insister sur les risques sanitaires nous semble plus qu'important", a réagi José Cambou, la pilote du réseau santé-environnement de FNE. "La prévention ne peut se limiter à la pose d'un panneau sur une barrière en bord de plage puisque tout le monde ne lit pas forcément le français et au ramassage des algues, ce qui ne règle pas le problème à la source", a-t-elle souligné dans le communiqué de FNE.


"Il est temps de mettre en place une véritable politique de prévention et que les problèmes environnementaux et sanitaires liés aux pollutions aux nitrates ne soient plus niés par une partie du monde agricole", a insisté José Cambou, qui juge que "ce lobbying est inadmissible".


"L'élevage hors-sol produit en Bretagne une quantité de déjections qui dépasse largement la capacité d'absorption du milieu naturel. Les expédients mis en oeuvre sont inefficaces", a noté de son côté Jean-Claude Bévillard, pilote du réseau agriculture de FNE. "La responsabilité du modèle agricole intensif est évidente, tant en matière d'élevage que de cultures, mais aussi celle de l'industrie agro-alimentaire et de l'agro-business en général".


"Si la situation n'évolue pas, la France pourrait se retrouver une nouvelle fois condamnée par la Cour de Justice de l'Union européenne et s'exposer à des amendes record", souligne FNE.

 

Voir notre premier article sur le dossier et trouver la pétition

Voir notre second article sur le dossier

Repost 0
Published by nouvelObs.com - dans Déchets
commenter cet article
27 juin 2009 6 27 /06 /juin /2009 00:00
   Accord européen pour réduire la pollution industrielle

Les ministres européens de l'Environnement se sont mis d'accord jeudi pour rendre plus contraignante la législation communautaire en matière d'émissions polluantes dans l'industrie lourde.

Cette accord prévoit notamment de regrouper en une seule directive, appelée IED (Industrial Emissions Directive), une série de lois actuelles en matière de qualité de l'air, dont les directives IPPC (Integrated Pollution Prevention and Control directive) et LCPD (Large Combustion Plant Directive).


Les centrales électriques existantes devront se mettre en conformité avec les nouvelles normes d'ici 2016 mais les Etats membres pourront appliquer progressivement les contrôles entre cette date et fin 2020, ont indiqué des diplomates européens ayant participé aux discussions.


Les nouvelles centrales électriques devront quant à elle respecter ces règles d'ici 2012.


Les lois actuelles encadrant les émissions polluantes dans des secteurs comme la chimie, l'acier, la production énergétique ou le raffinage contiennent une large série d'exemptions qui permettent à beaucoup des 52.000 installations industrielles européennes concernées par les textes d'échapper à toute obligation contraignante en matière de contamination atmosphérique, aquatique ou terrestre.


Cette nouvelle législation doit désormais être étudiée par le Parlement européen, qui co-décide avec les Vingt-Sept en matière environnementale, avant d'obtenir force de loi.

Les eurodéputés ont indiqué qu'ils pousseraient dans le sens d'un renforcement du caractère contraignant de ces législations.


L'accord trouvé à Luxembourg fait suite à un intense débat entre d'un côté des pays tels que la Grande-Bretagne et la Pologne, qui ont encore un important parc de centrales à charbon, et de l'autre des Etats comme l'Allemagne qui ont déjà lourdement investi pour réduire les émission polluantes.


JUSQU'À 28 MILLIARDS D'EUROS ÉCONOMISÉS

Londres a notamment défendu l'inclusion de mécanismes de flexibilité et a estimé que les industriels mettraient un délai supplémentaire à profit pour développer une nouvelle génération de centrales, fonctionnant à partir d'énergies nucléaire, éolienne et hydro-électrique.


L'un de ces mécanismes d'exemption permet aux centrales à charbon les plus anciennes de ne pas investir dans les infrastructures et équipements nécessaires pour atteindre les nouveaux objectifs si elles sont utilisées principalement pour répondre aux pics quotidiens de demande en électricité et ne tournent pas plus de 20.000 heures entre 2016 et 2023.


La France, comme l'Allemagne était opposée à ce que trop de ces exemptions figurent dans le texte mais a décidé de ne pas bloquer un accord,

"Nous n'avons pas soutenu le compromis car il présente des reculs par rapport aux versions précédentes mais il faut que ce sujet avance. Nous verrons maintenant avec le Parlement", a déclaré la secrétaire d'Etat à l'écologie, Chantal Jouanno.


La Commission, à l'origine de cette législation, s'est félicitée de l'accord qui "rapproche l'UE d'une nouveau cadre législatif en matière de pollution industrielle qui fournira une plus grande protection pour l'environnement".


Le commissaire européen à l'Environnement, Stavros Dimas, a considéré qu'une réduction de ces émissions polluantes était "vitale" pour l'Europe.

"L'accord nous rapproche d'une réduction substantielle des émissions dans l'industrie, ce qui réduira l'exposition des citoyens européens aux polluants dangereux et améliorera de manière significative la santé de l'environnement", a-t-il déclaré à la presse.


Il a par ailleurs estimé qu'en l'état cette législation permettrait d'éviter 13.000 décès prématurés par an et d'économiser jusqu'à 28 milliards d'euros en dépenses de santé chaque année.

 

Article trouvé ici sur fr.news.yahoo.com

Repost 0
Published by REUTERS - Julien Troyer - dans Déchets
commenter cet article
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 08:48
Pour inciter encore plus les habitants du Grand Tarbes à trier leurs déchets, le Symat de l’agglomération tarbaise participe aux Recyclades 2009 avec un rallye énigmes et des portes ouvertes au centre de tri de Tarbes.

Les objectifs nationaux fixés par le Grenelle de l’Environnement sont clairs : il faut réduire de cinq kilos par an et par habitant la production d’ordures ménagères. Dans le Grand Tarbes et autour, c’est le
Symat (Syndicat mixte de l’agglomération tarbaise) qui gère la collecte des ordures ménagères. Des bacs et des déchetteries qui permettent aux habitants de trier au mieux leurs déchets.

Et les habitants de l’agglomération sont plutôt de bons élèves.

L’an dernier, le Symat a ainsi collecté 2 263 tonnes d’emballages (27 kg/hab/an), 2 851 tonnes de papiers (34 kg/hab/an) et 2 100 tonnes de verre (24,8 kg/hab/an). La participation des ménages tarbais au tri sélectif (en plus des 25 376 tonnes d’ordures ménagères classique, soit tout de même 300 kg/hab/an) est de plus en plus importante, mais il reste encore des efforts à réaliser, notamment sur la collecte du verre. « Nous devons améliorer la qualité et la quantité des produits triés. Nous avons un problème sur la collecte du verre. Il faut que les gens sachent que ce n’est pas nécessaire de laver les pots de yaourts ou de confiture pour les jeter dans les conteneurs de verre », ajoute Marc Garrocq, maire de Bours et président du Symat.

Pour expliquer et inciter les habitants de l’agglomération à mieux trier, deux animations seront organisées dans les prochains jours, autour de la manifestation nationale Recyclades 2009. Des portes ouvertes au centre de tri de Tarbes, installé derrière le magasin Conforama (route de Pau à Tarbes), vous permettront de visiter les installations, de voir ce que deviennent vos poubelles triées, et découvrir comment elles sont recyclées. Cette journée se déroulera le samedi 28 mars 2009, de 10 heures à 12h30 et de 13h30 à 16 heures (entrée libre). Consultez le programme complêt ici

Puis place à la détente et à la nature avec le rallye-énigmes qui vous permettra de découvrir les alentours du Grand Tarbes à travers une balade à pied ou en vélo, à faire dès 6 ans !


Samedi 4 avril 2009, à partir de 9 heures, vous pourrez partir depuis la salle polyvalente de Laloubère pour chasser les énigmes et tenter d’y répondre. Ce sont les bonnes réponses qui feront le classement final, avec cadeaux à la clé. Un repas sera servi à tous les participants le midi, avant des jeux ludiques et familiaux l’après-midi. Les épreuves se feront par équipe de trois ou quatre personnes, dont une majeure. La remise des prix se fera à 17 heures, avec un bon d’achat de 80 euros par équipier pour le premier prix.

Repost 0
Published by Terra ma Terre - dans Déchets
commenter cet article
30 mars 2009 1 30 /03 /mars /2009 20:34
   L'association Banc Public vous propose dans le cadre des Recyclades, initiative du Symat un rencontre le samedi 4 avril prochain à 10 heures à Laloubère.
Repost 0
Published by Terra ma Terre - dans Déchets
commenter cet article
20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 09:17

JB Lavage propose du savon bio dans ses stations, ainsi que des aspirateurs silencieux. De quoi réduire toutes les pollutions.

Quoi de plus naturel que de laver sa voiture ? Naturel, à ceci près que c'est une activité légèrement polluante. Jean-Bernard Samalens, 15 ans d'expérience dans le secteur, pour avoir géré des stations de lavage d'une grande enseigne, en convient.

« Bien sûr, déjà, il faut de l'eau, ensuite des produits nettoyants. » Mais notre homme, qui s'est mis à son compte, a décidé de faire un geste pour l'environnement. Propriétaire de deux stations de lavage à ses initiales (JB pour Jean-Bernard), à Lourdes et Pontacq, en attendant Argelès en juillet, il vient de reprendre la station située rue du 4-Septembre à Tarbes. « J'ai décidé de tout refaire et de choisir la voie de l'environnement. »...

 

Lire la suite ici sur le site de la dépêche

Repost 0
Published by La Dépêche - dans Déchets
commenter cet article