Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de TERRA MA TERRE
  • Le blog de TERRA MA TERRE
  • : Événements et dynamiques centrés sur l'écologie à Bagnères de Bigorre. Car informer n'est plus un droit mais un devoir ! Diffusion régulières de dossiers et de fiches pratiques en lien avec nos idées (vertes) et nos partenaires.
  • Contact

PARTENAIRES ALTER'VISIONS

m 95e954ccd21348dba134ef47eee232e4

 

HUSS MASCHINEN PROJEKT

 


pierretelesouk

 

PIERRE ET LE SOUK

 

 

 

 

imovement

 

SOUND SYSTEM I MOVEMENT

 

 

 

fretswing

 

FRET SWING

 

 

 

 

jolies choses

 

 

LA COMPAGNIE DES JOLIES CHOSES

P'tites annonces!!

Olivier Pujol, écoconstructeur, recherche de la laine de mouton.
De plus, il lance, fin janvier, un chantier collectif poele de masse, torchis mur et voûte dans sa maison de Gayan. Echange donc de coups de main contre nourriture et logement.
Pour tout renseignement: pujololivier@yahoo.fr   ou sur leur
blog : http://melissa-et-olivier.over-blog.com


Archives

2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 12:01

Oui Paris c'est un peu loin mais voici un beau projet en marche qui merite qu'on le connaisse!

 

www. vilefertile.fr

 

POUR soutenir le projet, vous en inspirer, rejoindre l'aventure rendez-vous sur le site ci-dessus

Repost 0
Published by Terra ma Terre - dans Alimentation
commenter cet article
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 17:41

  Fruits et légumes bio, livrés sur le lieu de travail .

Christophe, aux côtés de Chantal, nous fait découvrir le contenu d'un panier hebdomadaire. Photo S.P.
Christophe, aux côtés de Chantal, nous fait découvrir le contenu d'un panier hebdomadaire. Photo S.P.
Christophe, aux côtés de Chantal, nous fait découvrir le contenu d'un panier hebdomadaire. Photo S.P.

Sylvie Pujol, correspondante de presse à la DDM nous présente cette belle initiaitive, pour tous ceux qui n'ont pas le temps d'aller au marché, et qui n'ont pu s'inscrire à l'AMAP.

"Christophe Leroy et David Giroux, deux jeunes Haut-Pyrénéens, ont créé Tomates et Groseilles, dont la principale activité est de distribuer chaque semaine des paniers de fruits et légumes bio sur le lieu de travail de leurs clients, ou alors la livraison s'effectue en point-relais. Le jeudi après midi, c'est Bagnères-de-Bigorre qui est desservi, le point-relais se trouve au salon de thé, maison d'hôte Les Petites Vosges.

« Notre entreprise est basée à Bazet, nous desservons Tarbes, Pau et Bagnères-de-Bigorre, explique Christophe Leroy. Nous travaillons avec des producteurs du département et des départements limitrophes ayant tous la certification bio. Nous voulons que nos clients gagnent du temps et c'est pour cette raison que nous les livrons sur leur lieu de travail. Les gens savent de quelle origine viennent les fruits et légumes achetées. Nous travaillons avec une quinzaine de producteurs pour la partie épicerie (farine, pain, œufs, tisanes). Nous travaillons en toute cohérence : nous utilisons des cartons d'emballages et du papier recyclé. »

Les clients ont le choix, une fois par semaine, entre quatre paniers différents. Ils peuvent choisir leurs produits sur internet, passer leur commande soit au siège, soit au point-relais. Il n'y a pas d'obligation d'abonnement sur un trimestre ou un semestre, des réductions sont néanmoins effectuées sur ce type d'abonnement. David et Christophe soutiennent les producteurs bio de la région et espèrent que de nouvelles terres pourront se développer dans cette agriculture.

Pour Chantal Estela, propriétaire des Petites Vosges : « L'idée de distribuer des produits bio de la région est sympathique. Cela ne me demande pas trop de temps et ne me pose pas de problème particulier dans mon activité. Je constate que les curistes sont aussi intéressés par ce principe. Les clients n'ont pas de doute sur la provenance des produits et sont très attentifs à ce que ces produits soient des produits de la région ».

Que vous soyez producteur ou consommateur, n'hésitez pas à contacter Christophe et David sur internet : tomates et groseilles. fr ou par téléphone, au 06.09.56.54.91 ou 06.21.82.82.59."


Légende photo : Christophe, aux côtés de Chantal, nous fait découvrir le contenu d'un panier hebdomadaire. Photo S.P.


Repost 0
Published by Sylvie Pujol - dans Alimentation
commenter cet article
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 00:05

Depuis le 8 septembre, la Commission Européenne a signalé à plusieurs reprises des cas de contamination de produits boulangers et de céréales par du lin OGM illégal. Elle demande à tous les pays membres de l’Union Européenne de retirer de la vente les produits alimentaires contaminés. Greenpeace exige du gouvernement français qu’il se saisisse du dossier et que les importations de lin par l’UE soient suspendues tant que tout risque de contamination n’est pas écarté.


Pour l’instant, rien n’a encore été trouvé en France. Mais dans onze pays européens, des produits contaminés ont été repérés. Ce lin OGM (appelé FP 967 ou Triffid) a été génétiquement modifié afin de résister à un herbicide et contient trois gènes résistants aux antibiotiques. Il est interdit sur le territoire de l’Union Européenne et provient du Canada, où sa culture commerciale est également illégale. Malgré ces interdictions, on le retrouve dans des produits alimentaires.


Greenpeace demande donc au gouvernement français de se saisir du dossier et de faire plus de tests sur le lin en provenance du Canada. Il faut également que l’Union Européenne suspende toute importation de lin canadien tant que le risque de contamination n’est pas définitivement écarté.


Ce type de problème n’est malheureusement pas nouveau. En tout, depuis 1996, date d’arrivée sur le marché des OGM, plus de 200 cas de contamination ont été enregistrés dans 57 pays ! Preuve que la coexistence entre la filière OGM et les autres filières agricoles (bio et traditionnelle) est impossible. C’est une des raisons pour lesquelles Greenpeace lutte contre la dissémination des OGM. Nous combattons notamment un projet de riz OGM de l’industriel Bayer. Il constitue une menace très sérieuse pour la biodiversité et l’agriculture. Près de 60 000 personnes nous ont déjà rejoint dans ce combat et signé notre pétition contre ce projet.

 

Article trouvé sur le blog de Greenpeace à cette adresse

Repost 0
Published by greenpeace - dans Alimentation
commenter cet article
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 00:00
Purin d'ortie et phytosanitaires naturels quasiment interdits ! La loi "méprisée"...
Comment simplifier les procédures d'autorisation de produits phytosanitaires naturels ? Après deux ans et demi de réflexion, le gouvernement a courageusement tranché... en les interdisant (ou presque) ! Exit les purins d'ortie de mémé, vive le Roundup !


Tout débute en décembre 2005, avec le vote de la loi d'orientation agricole (LOA) qui excluait quasiment la plupart des produits naturels de la liste des phytosanitaires (herbicides, insecticides...) autorisés en France. Exit les purins d'ortie de mémé, vive le Roundup ! L'urgence ordonnée par le gouvernement, le décret était publié à peine deux semaines après le vote du Sénat. La République était en danger, il fallait sévir. Et vite !

Quelques mois plus tard, les inspecteurs de la répression des fraudes perquisitionnaient le domicile d'Eric Petiot, un dangereux horticulteur qui avait commis des livres aux titres aussi sulfureux et subversifs que "Les soins naturels aux arbres", dans lesquels il refilait ses bons tuyaux sur la confection de décoctions naturelles pour soigner ses carrés de légumes : purin d'ortie, préparations à base de fougères, pissenlits, sureau... Des recettes ancestrales qui font leurs preuves depuis que l'homme a découvert la binette.


Soigner les plantes par les plantes... illégal !

Les remèdes de mémé hors-la-loi ? Scandale ! Devant l'émoi suscité dans la population, sénateurs et députés ont voté dans l'urgence un amendement à la loi sur l'eau de décembre 2006. Celui-ci proposait de corriger la LOA afin de permettre - et surtout de simplifier - l'autorisation de commercialisation et d'utilisation des remèdes naturels, dits "Préparations Naturelles Peu Préoccupantes" (PNPP). Ouf ! On a eu chaud. Sauf que le décret vient d'être publié, le 25 juin 2009, au journal officiel. Après deux ans et demi de réflexion...


Un décret qui contredit l'esprit de la loi

Et au final, il dit quoi, ce décret ? Principalement que les PNPP doivent "avoir fait l'objet d'une procédure d'inscription sur la liste communautaire des substances actives" et "ne pas avoir fait l'objet d'une décision de refus". En clair, il faut larguer entre 100 000 et 300 000 euros et attendre trois ans avant d'être (éventuellement) autorisé à broyer de l'ortie, de la prêle, de la consoude, de la fougère... Procédure renouvelable tous les dix ans. Totalement irréaliste ! D'ailleurs, l'Institut technique de l'agriculture biologique a tenté sa chance au petit jeu des "procédures d'inscription sur la liste communautaire des substances actives". Juste pour voir... Résultat : deux ans de boulot, 80000 euros de frais... et toujours aucune nouvelle d'une éventuelle inscription ! Tout cela en pure perte puisque les recettes appartenant au domaine public, elles ne sont pas brevetables.


"Blocage évident"

L'association pour la promotion des produits naturels peu préoccupants (ASPRO-PNPP) déclare qu'"au lieu de faciliter les procédures, ce texte crée un blocage évident". Selon l'association, l'esprit de l'amendement "voté par les législateurs des deux Assemblées en décembre 2006 puis réaffirmé au Sénat dans le cadre de la Loi grenelle I en janvier dernier, est méprisé". Et jeté aux orties ?


Voir aussi le communiqué de l'ASPRO-PNPP.

(Article publié le 17/8/09 sur le site "Les mots ont un sens")


Voir notre ancien article ici
Pour participer à la CyberAction en sa faveur c'est ici :
Et si malgrès tous vous souhaitez faire de l'engrais la recette est là
Repost 0
Published by Les motts ont un sens - dans Alimentation
commenter cet article
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 00:00
L’Union Européenne a renoncé mardi 22 septembre à interdire toute commercialisation du thon rouge. Cette interdiction est pourtant la seule solution pour mettre un terme à la surexploitation dramatique du thon rouge. Le 16 juillet dernier, Nicolas Sarkozy s’était d’ailleurs prononcé en faveur d’une telle mesure. Mais hier, à Bruxelles, la France a renié ses engagements et fait échouer le processus.


Le gouvernement oublie ses promesses. Avec d’autres pays du pourtour méditerranéen, la France a repoussé une proposition de la Commission Européenne qui consistait à inscrire le thon rouge à la Cites (la convention en charge du commerce international des espèces de faune et de flore menacées).


Pourtant, il est urgent d’interdire toute commercialisation du thon rouge. Greenpeace le réclame depuis de nombreuses années et tire la sonnette d’alarme : le thon rouge est en danger de mort.


C’est maintenant à vous d’agir. Greenpeace vous invite à écrire au président de la République. Demandez-lui de confirmer ses engagements en faveur du « classement du thon rouge en annexe I de la CITES pour l’interdiction du commerce ».


Cliquer ICI pour accéder à la lettre et l'envoyer par greenpeace.

Voir nos anciens articles sur le sujet:
- Ici
et
- Ici
Repost 0
Published by greenpeace - dans Alimentation
commenter cet article
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 00:00
Alors que la population de thon rouge apparaît décimée par la surpêche, ce poisson ne sera pas sauvé par l'Union européenne. Les gouvernements de l'UE étaient appelés lundi à se prononcer sur une proposition de la Commission européenne visant à en interdire tout commerce, et donc toute pêche. Proposition qu'ils ont rejetée.

Avant le vote, la Commission avait pour sa part "exprimé ses vives préoccupations quant à l'état des stocks qui déclinent rapidement après des décennies de surpêche". Tous les pays riverains de la Méditerranée se sont prononcés contre l'interdiction. "Il n'y a pas eu de vote formel, mais un tour de table au cours duquel la Commission a compris que sa proposition n'aurait pas la majorité", a-t-on précisé de source diplomatique.

Bruxelles proposait de coparrainer une proposition de Monaco d'inscrire le thon rouge, pêché surtout en Méditerranée, sur l'annexe I de la Convention de l'ONU sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (Cites), à titre provisoire, en attendant les prochaines évaluations scientifiques de l'état des stocks de thon. De nouvelles informations sur l'état des ressources seront publiées lors de la prochaine réunion de la Commission internationale pour la conservation du thon de l'Atlantique (Iccat), prévue en novembre.

Lors du tour de table, de nombreux Etats ont estimé qu'il était "prématuré pour l'UE de coparrainer cette proposition" et qu'il valait mieux attendre "et écouter les scientifiques", a précisé un diplomate sous couvert d'anonymat. Une fois l'avis des scientifiques publié en novembre, la Commission aura encore le loisir de faire une nouvelle proposition aux gouvernements européens, a-t-il estimé.

"C'est désormais à l'Iccat d'assumer sa pleine responsabilité pour assurer la reconstitution des stocks de thon rouge", a commenté le commissaire européen à la pêche, le Maltais Joe Borg, tandis que son collègue en charge de l'environnement, le Grec Stavros Dimas, a dit "regretter" le blocage des gouvernements européens.

L'organisation écologiste Greenpeace a appelé les gouvernements européens à "écouter les scientifiques". "L'attitude bornée des gouvernements méditerranéens risque de conduire à l'extinction du thon rouge et de laisser les pêcheurs les mains vides en quelques années à peine. Mais des pays comme Malte et l'Espagne sont de plus en plus isolés", a commenté Saskia Richartz, responsable européen pour les océans chez Greenpeace.

Publié par le monde le 22/09/09
Voir notre article précédent
Repost 0
Published by Le monde - dans Alimentation
commenter cet article
6 septembre 2009 7 06 /09 /septembre /2009 00:19
Histoire difficile où se croise un néo-paysan, bio-explorateur de nouvelles façon de cultiver, et un maire agriculteur traditionnel, que la décentralisation a doté de pouvoirs administratifs et léonins.



au petit colibri nouvelle version
envoyé par marcantoinedeprat. - Découvrez des webcam de personnalités du monde entier.

Histoires funestes, qui se répètent un peu partout - pour qui s’intéresse à la nouvelle agriculture qu’elle soit écologique, sauvage, synergétique, et opposent conceptions agricoles, générations, exacerbant les instincts de propriété les plus archaïques.


POUR SOUTENIR LE PETIT COLIBRIaupetitcolibri.free.fr (source : Esprit Cabane)

 

En savoir plus sur le projet passer voir lablondeecolo.com et un peu plus sur la méthode ici

Repost 0
Published by Richard Wallner - dans Alimentation
commenter cet article
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 09:42

Analyse : Agriculture. La firme Pioneer est accusée de créer des «OGM clandestins».

Jean Donnenwirth, le directeur juridique de Pioneer, l’assure : il n’y aurait rien de bien neuf dans ces champs de tournesol ; tout juste «l’amélioration de processus utilisés depuis quatre-vingt ans dans l’agriculture». Vraiment ? José Bové pense l’inverse. «Les grandes firmes semencières travaillent à mettre au point de nouvelles biotechnologies pour contourner l’obstacle de la mobilisation et de la réglementation sur les OGM», dit-il par téléphone.


Choc. Du coup, plus de cent faucheurs volontaires sont partis à travers champs et vergers, hier, pour faire le siège du laboratoire de recherche sur le tournesol de Pioneer Génétique. Pourquoi ? Parce qu’après la transgenèse qui produit les OGM, c’est la mutagenèse du tournesol qui est là mise au point. Il s’agit non plus de coller un gène dans une plante mais de provoquer la mutation naturelle de ces plantes par une série de chocs chimiques obtenus par arrosage de produits très complexes. Des «OGM clandestins» pour les faucheurs. Le directeur juridique de Pioneer rejette ce terme. «Chacun a sa lecture des textes réglementaires, évacue-t-il. Il n’y a plus d’OGM, et ceux qui y sont opposés ont besoin de trouver de nouveaux objectifs…» Pour lui, les semences produites à Montech ne «posent aucun problème».


Ce qui n’est évidemment pas l’avis des faucheurs. Les produits obtenus par mutagenèse sont, selon eux, «des OGM aux termes de la directive 2001-18 mais échappent encore à tout contrôle et ne sont soumis à aucune obligation de transparence», explique un faucheur. Autrement dit, ces plants pourront être produits sans que les agriculteurs ne sachent qu’ils manipulent des «OGM», ni les Français qu’ils en consomment. «On continue à breveter le vivant ou à dégrader la planète sans se soucier de la santé humaine», assure Agnès Renauldon, militante anti-OGM venue de l’Indre.


Rendez-vous. Les faucheurs sont arrivés de toute la France. Ils entendent camper là jusqu’à l’obtention d’un rendez-vous au ministère de l’Environnement. Une délégation était reçue en fin de journée à la préfecture du Tarn-et-Garonne pour l’obtenir. «S’il ne nous était pas accordé, s’amuse Jean-Baptiste Libouban, l’un des initiateurs du mouvement des faucheurs, c’est à la préfecture que nous dormirions…»



Repost 0
Published by Liberation.fr - dans Alimentation
commenter cet article
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 09:28
Le CRIIGEN fera revoter la loi OGM. Suite à une action du CRIIGEN auprès du Conseil d'Etat, le gouvernement devra faire voter par le Parlement une nouvelle loi sur les OGM avant le 30 juin 2010.

Par arrêt du 24 juillet 2009 le Conseil d'État a annulé cinq articles majeurs du décret du 19 mars  2007 par lequel le gouvernement français Villepin avait partiellement transcrit la directive européenne 2001/18 sur les Organismes Génétiquement Modifiés (OGM).

 

Le Comité de Recherche et d'Information Indépendantes sur le génie GENétique (CRIIGEN), présidé par Corinne Lepage, contestait en particulier les limitations au droit à l'information du public quand au contenu des dossiers, notamment pour les études des impacts des OGM sur la santé.

 

Le Conseil d'État, en application de la Charte de l'Environnement, a considéré que seule la loi pouvait définir les conditions, et éventuellement les limites de l'information sur la dissémination des OGM, mais également sur les résultats de la surveillance.

 

Le Conseil d'État a aussi considéré que les dispositions relatives aux conditions de prévention des atteintes portées à l'environnement par les OGM ne pouvaient être fixées par la loi.

 

 

Article trouvé ici

Voir les articles sur les OGM dans la catégorie alimentation

Repost 0
Published by reglementation-environnement.com - dans Alimentation
commenter cet article
21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 00:08

Le Conseil d'Etat annule plusieurs dispositions d'un décret sur les OGM



Le Conseil d'Etat a rendu en juillet un arrêt annulant à partir du 30 juin 2010 plusieurs dispositions d'un décret pris par le gouvernement Villepin en mars 2007 transposant une directive européenne sur la culture des organismes génétiquement modifiés (OGM), rapporte le site Internet d'information Rue89. Une décision qui devrait contraindre le gouvernement à faire voter une loi au Parlement d'ici cette date sous peine de violer le droit européen.


"Les dispositions de l'article 5, du I de l'article 6, des articles 10 et 13 et du premier alinéa de l'article 16 du décret n°2007-358 du 19 mars 2007 sont annulés à compter du 30 juin 2010", dit cet arrêt pris par le Conseil d'Etat le 24 juillet, que s'est procuré l'Associated Press. "Afin de permettre au gouvernement de prendre les initiatives nécessaires pour remédier à l'irrégularité constatée, il y a lieu de ne prononcer l'annulation des dispositions du décret (...) qu'à compter du 30 juin 2010", précise-t-il.


Le gouvernement devrait donc repasser par le Parlement pour faire valider les dispositions transposant la directive européenne 2001-18 contenues dans ce décret relatif à la "dissémination volontaire" d'OGM en plein champ "à toute autre fin que la mise sur le marché". Selon le Conseil d'Etat, ces dispositions "entachées d'incompétence avaient pour objet de transposer d'autres obligations" de la directive européenne que les modalités prévues par la loi sur les OGM de 2008.


Ce décret, ainsi que deux autres et quatre arrêtés, avait été pris par le gouvernement de Dominique de Villepin le 19 mars 2007, afin de remplacer le projet de loi de l'époque sur les OGM, qui n'avait pu être adopté par le Parlement avant la suspension de ses travaux en février en raison de la campagne pour l'élection présidentielle. Le texte, qui autorisait les recherches sur les OGM en les encadrant, avait été adopté en première lecture par le Sénat, mais n'avait pas pu être examiné par l'Assemblée nationale.


La Commission européenne avait saisi en décembre 2006 la Cour européenne de justice (CEJ) pour que la France soit condamnée à plus de 38 millions d'euros d'amende pour ne pas avoir totalement transposé cette directive européenne de 2001. Le Parlement français avait ensuite adopté en 2008 le projet de loi sur les OGM, mais la France avait quand même été condamnée en décembre de la même année par la CEJ à une amende de 10 millions d'euros.


Voir les différents articles du blog sur la problématique OGM

Repost 0
Published by NouvelObs - dans Alimentation
commenter cet article