Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de TERRA MA TERRE
  • Le blog de TERRA MA TERRE
  • : Événements et dynamiques centrés sur l'écologie à Bagnères de Bigorre. Car informer n'est plus un droit mais un devoir ! Diffusion régulières de dossiers et de fiches pratiques en lien avec nos idées (vertes) et nos partenaires.
  • Contact

PARTENAIRES ALTER'VISIONS

m 95e954ccd21348dba134ef47eee232e4

 

HUSS MASCHINEN PROJEKT

 


pierretelesouk

 

PIERRE ET LE SOUK

 

 

 

 

imovement

 

SOUND SYSTEM I MOVEMENT

 

 

 

fretswing

 

FRET SWING

 

 

 

 

jolies choses

 

 

LA COMPAGNIE DES JOLIES CHOSES

P'tites annonces!!

Olivier Pujol, écoconstructeur, recherche de la laine de mouton.
De plus, il lance, fin janvier, un chantier collectif poele de masse, torchis mur et voûte dans sa maison de Gayan. Echange donc de coups de main contre nourriture et logement.
Pour tout renseignement: pujololivier@yahoo.fr   ou sur leur
blog : http://melissa-et-olivier.over-blog.com


Archives

27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 08:18
C’est un peu comme si l’océan avait accouché d’une crevette. Bien qu’elle souligne avec force la nécessaire « sécurité par rapport à l’eau », qu’elle alerte vivement « face aux changements sans précédant » en particulier au niveau climatique, et même si elle promet « d’intensifier les efforts pour étendre l’accès à l’eau potable et aux sanitaires », la déclaration ministérielle finale de ce 5ème Forum Mondial ne reconnait pas explicitement l’eau comme un droit humain fondamental. Le document, non-contraignant, est signé en ce moment-même par une centaine de pays.
 
Loïc Fauchon, président du Conseil Mondial de l’Eau, organisateur de l’événement, refuse de parler d’échec et insiste sur les progrès réalisés sur l’ensemble des thématiques traitées au cours de cette semaine débat. Des avancées incontestables mais qui risquent de passer au second plan tant la question du droit à l’eau a focalisé toute l’attention de ces derniers jours.
 
Dès vendredi, la France avait insisté pour que la déclaration aille plus loin dans ce sens. « Comment parler de droits de l’Homme, si on ne parle pas de droit d’accès à l’eau ? C’est le droit qui conditionne tous les autres » avait déclaré Chantal Jouanno, la secrétaire à l’écologie, précisant néanmoins que cette notion n’incluait pas la gratuité de l’eau.
Un avis visiblement partagé sur le vieux continent : le président de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe Lluís Maria de Puig, a demandé aux 47 Etats membres d’inclure « le droit à l'eau pour tous, en quantité, qualité et accessibilité » dans leurs constitutions. S’ils décidaient de le suivre, les pays européens ne seraient d’ailleurs pas les premiers : ils viendraient s’ajouter aux 30 pays qui ont d’ores et déjà franchi le pas.

La résistance de pays comme les Etats-Unis, le Brésil ou l’Egypte ont donc eu raison des ambitions que semblaient partager la grande majorité des acteurs présents au Forum Mondial de l’Eau d’Istanbul. Lors de la cérémonie de clôture, les vainqueurs à l’applaudimètre étaient d’ailleurs les représentants du Forum des Jeunes : l’article de la déclaration parallèle qu’ils ont présenté au public demandant clairement la reconnaissance de l’accès à l’eau parmi les droits de l’Homme a été plébiscité par le public.
 
Du coup, la frustration est telle que certains cherchent déjà à contourner les instances « officielles » de l’Eau pour arriver à leurs fins, en exigeant par exemple que le Forum Mondial soit placé sous l’égide des Nations Unies. Une fausse bonne idée pour Loïc Fauchon, qui prévient : « si tel était le cas il perdrait son caractère ouvert à tous ». Enfin, à l’appel du « People's Water Forum », le Forum dissident, une contre-déclaration incluant l’eau comme un droit fondamental a été rédigée. D’après les représentants de ce collectif, une vingtaine de pays représentés à Istanbul l’aurait d’ores et déjà officiellement adoptée.

 

Rédigé par Damien Wanner sur le site d'ARTE ici le 22/03/09

Dossier très documenté sur l'eau concocté par ARTE à cette adresse : http://www.arte.tv/eau?gclid=CLm499DGwpkCFZAWzAod4C0uvQ
- Page officielle présentant la journée mondiale de l'eau 2009 à consulter ICI
- D'autres précisions
sur le site du Conseil mondial de l’eau

Bon très bien un sommet existe mais moi qu'est-ce que je peux faire, avec mes petits bras et ma bonne volonté ?

Le consom'acteur nous donne quelques pistes:

...Mais individuellement nous pouvons faire aussi beaucoup : j'ai donné l'exemple de ma douche qui consomme moins d'eau qu'un pommeau classique, je ne prends que des douches jamais de bains, je me lave les dents avec un verre et ne laisse jamais couler l'eau, mes toilettes ont une double chasse....Ces économies d'eau sont aussi une belle économie financière. Dans la série chaque goutte d'eau compte avant de me raser je tire de l'eau chaude..... cela me tourneboulait toute cette eau encore froide qui partait directement dans le réseau. J'ai résolu le problème...je collecte cette eau  dans ma carafe Brita dont je me sers ensuite soit pour boire soit pour verser dans ma cafetière. C'est avec un calcul rapide près de 300 litres d'eau économisés en une année !

ou encore ici et ICI

 

Vous pouvez également aller sur le site d'ec-eau-logis qui propose des alternatives pour la valorisation de l'eau de pluie...


Les alternatives existent !

Partager cet article

Repost 0
Published by Terra ma Terre - dans Réfléchir à demain
commenter cet article

commentaires

Rollo-Tomasi 29/03/2009 09:53

Bonjour mon ami, tu as vu ce qui se passe aux states?Bon dimanche à toiAmitiés...R.T

Timour 29/03/2009 14:03


Bonjour, tu parles du Dakota et de la crue qu'ils connaissent actuellement ?
c'est effectivement malheureux, mais je n'ai pas assez d'informations pour en dire plus. Ca n'annule en rien le problème que l'humanité a avec l'eau, j'espère que tu en es bien conscient ! Ce
serait comme dire le réchauffement climatique y'a encore pleins de glaçon dans le pôles alors c'est pas grave. Attention aux amalgames !


Anne 28/03/2009 13:42

Disons qu'à une certaine époque où on se souvenait que la démocratie n'était pas un dû mais un système mis en place à coup de batailles sanglantes et de sacrifices, les responsables avaient un certain sens de la chose publique. Mais maintenant le système est tel que ceux qui ont le sens de la chose publique ne peuvent pas arriver au pouvoir. Donc il ne reste plus que le citoyen pour faire bouger les lignes.La réponse à la question "pourquoi ne pas construire d'usine de déssalinisation en Somalie" la réponse est simple : parce que les Somaliens ne peuvent pas payer. Ni avec leur propre argent privé ni avec l'argent de leur simpôts. Et comme on ne peut pas fabriquer un truc comme ça sur une base de bénévolat (c'est pas de l'égoïsme, c'est qu'il faut que les gens qui bossent et fournissent les matériaux bouffent) il faut bien que quelqu'un paie. Nous par exemple. Avec nos impôts par exemple. Sauf qu'on est en démocratie et que le chef d'état occidental qui fera passer un projet comme ça n'a aucune chance d'être ni élu ni réélu. DONC le citoyen se défausse sur le scientifique, le scientifique sur l'économique, l'économique sur le politique, et le politique sur le citoyen. La boucle est bouclée.Un politique mettra en place ce genre de projets le jour où il se sentira SOUTENU par son électorat. C'est bien dans le camp du citoyen que la balle se situe aujourd'hui..

Timour 29/03/2009 13:51


Et c'est au nom de cette responsabilisation qu'existe notre association et ce blog.
Cependant la responsabilisation citoyenne ne doit pas anihiler la responsabilité sociale, il ne faut surtout pas sauter d'un extrême à l'autre.

Aujourd'hui dans les ANPE on explique aux chercheurs d'emploi qu'ils doivent devenir de petits entrepreuneur et vendre leur force de travail à un patron. Donc en gros tu te débrouilles ! (Le statut
auto-entrepreuneur va également dans ce sens) Il n'existe plus trop la cohésion qu'on pouvait trouver dans les entreprises, où un syndicat, une intersolidarité pouvaient exister. (Et d'ailleur
on en arrive à Hair la poste ou la SNCF lorsqu'ils font usage des restes de leur "pouvoir" collectif afin d'endiguer l'atteinte de leurs
droits). C'est là que la responsabilisation de l'individu devient une déresponsabilisation dangereuse de la société, et donc de l'état.

Alors responsable il le faut mais si on oublie la solidarité on va se trouver bien seul sur les ruines fumantes et le cadavre de notre top-modèle social français. Le premier pas ne viendra pas d'en
haut !


Henriette Mauvaise-Foi 28/03/2009 11:59

aujourd'hui il eiste des quantités de moyens pour apporter l'eau, l'economiser ou encore la partager...mais cela interresse qui..pas ce a qui elle ne fait pas defaut en tout cas..

Timour 29/03/2009 13:18


Et tu trouves ça normal ?
C'est pour ça que faire de l'information populaire est important. En passant du citoyen pour remonter au politique... En informant les gens ça évite d'en arriver au point où la régulation devient
obligatoire (même s'il est vrai que c'est une fois la tête dans ses excréments qu'on s'aperçoit que ça sent pas très bon). comme je le disais dans un autre post, l'information populaire doit
remonter au politique. Brûler les étapes n'est qu'au service de l'inefficacité de tous ces doux rêveurs (ou éclarés visionnaires) qui veulent aider la planête et la civilisation, dont j'essaie de
faire partie.
Regarde comment l'écologie est arrivée comme préoccupation étatique: il a fallut qu'un personnage médiatique (Nicolas Hulot et débattre sur l'individu est hors sujet) agite la problématique, que
ressentent de plus en plus de gens, pour qu'on arrive à une ouverture.
ATTENTION : je ne parle pas de l'ouverture qui est par bien des points contestable, cependant la porte a été entrouverte. Maintenant soit on finit de l'ouvrir pour voir clairement ce qu'il se passe
(ce qui est une volonté populaire, et pas du gouvernement) soit on attends le prochain courant d'ère qui la fera claquer pour nous prévenir... mais pas se refermer ! La problématique écologique,
même si elle peut prendre des airs de mode du moment est bien au delà d'une démarche commerciale. La difficulté au niveau du sujet de l'eau, par exemple, est pour demain en europe, et nous ne
sommes pas isolés du reste du monde !
Voilà je me lance et je m'emballe après :-)


Rollo-Tomasi 28/03/2009 09:37

100%100 d'accord avec toi, mais crois tu que les politiques de la planète "grasse" s'en préoccupent?? Pas moi!Amitiés....R.T

Timour 29/03/2009 13:05


Les politiques de la planête grasse (qui sont nos représentants actuels), s'occupent de canaliser ce qui fait mouvoir le peuple, l'opinion publique est le socle de la politique. S'il ne s'en
occupent pas c'est que le peuple s'en soucie trop peu. Et c'est en diffusant l'information au niveau du peuple que les problématiques ont la chance de remonter au politique un jour (et il est vrai
que ça prends du temps). Lorsque assez de gens auront conscience de la problématique, les politiques s'aligneront (même si c'est juste pour se refaire élire) !


Rollo-Tomasi 27/03/2009 09:56

Ce problême est assez complexe, je ne pense pas, que l'eau dont nous nous servons pour la douche ou la vaisselle diminue la quantité d'eau douce dans le monde.Ayany beaucoup voyagé autour du monde, j'ai vu des pays du golfe persique avec pleins d'usine ultra moderne de désalinisation d'eau de mer.....pourquoi ne pas en fabriquer dans des pays comme la sommalie hein?? Bonne journée à toi...R.T

Timour 28/03/2009 08:44


Effectivement c'est complexe, deux réalités (et pas que!) coexistent et sont interdépendantes. Le champs politique et le champs citoyen, le champ politique qui a les moyens de faire des
actions de grande envergure (comme construire des centrales de désalinisation) de mobiliser beaucoup d'énergie (et donc d'argent) pour ces projets qui aujourd'hui coulent de source. Et il
y a le champs citoyen qui représente le quidam, qui a ses moyens et son pouvoir énergétique ponctuel.
La sphère politique est au service de la sphère citoyenne (normalement), pour faire apparaitre une problématique il faut remonter le courant, rien ne sert d'interpeller de manière isolée
le politique (qui a d'autres choses à faire). Une de ses fonctions est d'être guarante de l'équilibre dans la sphère citoyenne, pour continuer à avance dans le sens des investissements. Ce
blog est destiné au "quidam" qui aujourd'hui se sensibilise de plus en plus au problème de l'eau. Lorsqu'il deviendra acteur à son niveau pas reflet naturel le politique s'adaptera sur son
fonctionnement et agira en conséquence.
Pourquoi nous n'installons pas de desalinisateur en somalie ?Parce que une bonne partie des citoyens n'ont pas encore conscience que l'eau est précieuse, les somaliens le savent à leur dépend eux,
et c'est en poussant vers de "petits gestes" en rapport avec un plus grand respect de l'eau (et donc de la vie) que l'état pourra, sous une hypothétique pression populaire, prendre des
dispositions en ce qui concerne LA problématique de l'eau à grande échelle. Selon moi le désenclavement de la politique se fait par celui du citoyen en tout premier lieu, et jamais l'inverse.