Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de TERRA MA TERRE
  • Le blog de TERRA MA TERRE
  • : Événements et dynamiques centrés sur l'écologie à Bagnères de Bigorre. Car informer n'est plus un droit mais un devoir ! Diffusion régulières de dossiers et de fiches pratiques en lien avec nos idées (vertes) et nos partenaires.
  • Contact

PARTENAIRES ALTER'VISIONS

m 95e954ccd21348dba134ef47eee232e4

 

HUSS MASCHINEN PROJEKT

 


pierretelesouk

 

PIERRE ET LE SOUK

 

 

 

 

imovement

 

SOUND SYSTEM I MOVEMENT

 

 

 

fretswing

 

FRET SWING

 

 

 

 

jolies choses

 

 

LA COMPAGNIE DES JOLIES CHOSES

P'tites annonces!!

Olivier Pujol, écoconstructeur, recherche de la laine de mouton.
De plus, il lance, fin janvier, un chantier collectif poele de masse, torchis mur et voûte dans sa maison de Gayan. Echange donc de coups de main contre nourriture et logement.
Pour tout renseignement: pujololivier@yahoo.fr   ou sur leur
blog : http://melissa-et-olivier.over-blog.com


Archives

26 mars 2008 3 26 /03 /mars /2008 22:38

Vers la privatisation de la biodiversité ?



Illustration : Vers la privatisation de la biodiversité ? Développement durable

Développement durable
L'association Kokopelli qui propose plus de 12 000 variétés de semences anciennes issues de l'agriculture bio, a été condamnée en appel pour avoir vendu des variétés non inscrites au registre national. En France, les graines destinées à être commercialisées doivent en effet être inscrites, chaque année, dans le Catalogue officiel des plantes potagères, au prix de 7500 euros pour chaque variété. Des sommes que seuls les grands semenciers peuvent payer et qui conduisent à une privatisation du patrimoine génétique.

L'association Kokopelli va-t-elle disparaître ? Condamnée en 2006, en appel, à verser plusieurs milliers d'euros (18 000 pour Dominique Guillet, président de l'association), pour avoir vendu des semences non inscrites sur le registre national, Kokopelli avait décidé de se pourvoir en cassation. L'association demandait l'application  de la directive européenne 98-95, qui exige que les Etats membres agissent contre les risques d'érosion génétique, en faisant valoir son rôle dans la préservation de la biodiversité. Kokopelli commercialise, en effet, 12 000 variétés de semences rares et biologiques, en s'appuyant sur un réseau d'adhérents qui pratiquent des échanges de semences. Elle distribue par ailleurs des graines dans des pays en développement pour les aider à acquérir une indépendance alimentaire. Ces arguments n'ont cependant pas été entendus : l'association a été condamnée pour vente de  "semences de variétés non conformes", non conformes car Kokopelli ne les a pas fait enregistrer au catalogue officiel des semences, une procédure spécifiquement française contrôlée par le Ministère de l'Agriculture. L'inscription coûte en effet 7500 euros par an  pour chaque variété..."Nous cultivons en moyenne 12 000 variétés; il nous est simplement impossible de payer 7500 euros par an pour inscrire chacune d'entre elles " explique Raoul Jacquin, agriculteur et membre de Kokopelli. " De plus pour être acceptée, une graine doit être distincte des variétés existantes, homogène et stable dans le temps. Or la biodiversité est par principe ni homogène, ni stable. Seules les semences hybrides peuvent respecter cette norme." Conséquence de cette utilisation " libre " des semences: l'association a été poursuivie en justice par la Fédération nationale des professionnels de semences potagères et florales (FNPSP) et le GNIS (Groupement national interprofessionnel des semences et des plants) pour concurrence déloyale, sous prétexte qu'elle met sur le marché des variétés non-présentes au catalogue. " Il faut être réaliste : les semences que défend l'association Kokopelli étant maintenues dans l'illégalité par une volonté politique, nous ne pouvions pas gagner ces procès ", affirme l'association. Ce procès perdu  le 29 janvier 2007 lui inflige une amende de 12 000€ pour l'entreprise de semences Baumaux et 23000€ pour l'Etat et la fédération des industriels de la semence (FNPSPF).
Kokopelli estime au contraire que son activité a pour seule conséquence de mettre en culture des semences oubliées, sans porter préjudice aux lois du marché. " Environ 4000 jardiniers produisent leurs graines ou les achètent à l'association.  A quel montant d'achat peut-on estimer le panier de graines d'un jardinier ? 20 euros par an ? Cela donnerait un chiffre d'affaire que ne percevraient pas les semenciers "officiels" de 80 000 euros : on peut probablement estimer ce montant comme négligeable par rapport à l'ensemble du marché ",  estime l'asssociation, rappelant que  5 multinationales contrôlent 75 % de la semence potagère sur la planète.
Cette condamnation, en contradiction avec plusieurs textes européens ou internationaux  exigeant de préserver le patrimoine cultivé de l'humanité, pose le principe de la privatisation des semences, qui appartiennent à ceux qui les payent. Elle fragilise, de ce fait, les agriculteurs soucieux de préserver la biodiversité ou désireux de vendre des variétés traditionnelles...et menace la biodiversité elle-même.



Véronique Smée
Mis en ligne le : 01/02/2008
replaceChar('01-02-2008');

Partager cet article

Repost 0
Published by TERRA MA TERRE - dans Vies associatives locales
commenter cet article

commentaires